Rédiger une observation de rusticité

Auteur : François Drouet

 

 

Article publié en 2004
Tous droits réservés

 

Les pratiquants des fruitiers rares ont besoin d'observations de rusticité provenant de tiers. Elles leur permettent de découvrir de nouvelles espèces ou variétés acclimatables dans leur région, ou de comprendre le comportement de certains sujets qu'ils essaient d'acclimater.

Que l'observation de rusticité relate une surprise positive (survie dans des conditions extrêmes), un désappointement par rapport à une rusticité attendue, ou des constatations sur des espèces ou variétés dont la rusticité est mal connue ou sujette à débat.

Il vaut mieux, bien sûr, que les observations émanent d'un correspondant digne de foi et expérimenté, qui a constaté lui-même sur le terrain les faits rapportés.

Si les observations concernent des plantes cultivées en plein air et en pleine terre, sans protection par voile d'hivernage ou dispositif artificiel particulier, les informations sont plus pertinentes pour ceux qui veulent tenter une acclimatation.

L'observation de rusticité est un constat ponctuel, qui provoque la réflexion du pratiquant de fruitiers rares et lui permet des comparaisons ou des découvertes.

Nous ne sommes pas dans le cas d'une étude de comportement à long terme, qui est l'affaire de plusieurs années et qui peut déboucher, en fin d'étude, sur une fiche d'évaluation de la rusticité d'une espèce ou d'une variété.

"Vaut-il mieux 2 degrés de plus ou 8 jours de moins sous zéro ?" n'est pas la question à se poser, ni le résultat à chercher, lorsque l'on relate une observation de rusticité.

Il suffit de dire, avec le maximum d'informations précises en sa possession, ce que l'on a observé pour un fruitier donné, à une date donnée et dans des conditions données.

Il n'est pas exclu, bien entendu, de rapporter une expérience d'acclimatation qui s'est échelonnée sur plusieurs années et d'indiquer les conclusions que l'on a tirées.

Avec l'expérience, j'ai pu déterminer les informations à fournir pour rendre une observation de rusticité la plus profitable pour le plus grand nombre : informations de base, informations souhaitables et informations optimales.

 

INFORMATIONS DE BASE

Année et mois de l'observation.

Nom et situation géographique de l'endroit, altitude si région de montagne, type général de climat.

Nom de l'espèce concernée.

Nom de la variété, s'il ne s'agit pas de l'espèce-type.

Pour le plant concerné (ou chacun des plants concernés, si l'observation porte sur un groupe de sujets de la même espèce ou variété) : âge, hauteur et type de conduite (touffe, préciser le diamètre, ou tronc unique, préciser la hauteur de celui-ci).

Température minimale enregistrée justifiant l'intérêt de l'observation de rusticité.

Effet constaté : mort de la plante, dégâts (préciser la nature et l'ampleur), survie de la plante sans aucun dommage.

 

INFORMATIONS SOUHAITABLES

Emplacement des sujets concernés par l'observation : pleine campagne ou situation urbaine ; terrain plat, en pente légère ou en pente forte.

Le cas échéant, localisation urbaine particulière (par exemple cour ou recoin d'immeuble...) ou localisation particulière en campagne (cour de ferme...).

Exposition : orientation ; situation ensoleillée, mi-ombre ou ombre.

Nature de la température minimale constatée : chute nocturne ponctuelle de quelques heures au cours d'une période tempérée ou température la plus basse atteinte au cours d'une période de froid négatif prolongé.

Conditions climatiques générales : période ensoleillée, pluvieuse, neigeuse.

Conditions de sol : drainant ou retenant l'humidité. Une humidité forte du sol est un facteur très défavorable pour la résistance au froid.

Existence éventuelle de facteurs fixes atténuant les effets du gel, notamment les quatre cités ci-après. 

Abri contre les vents dominants de type végétal (haies, arbres, buissons) ou non végétal (mur, habitation, butte).

Proximité d'un bloc minéral restituant la nuit la chaleur accumulée dans la journée (rochers, amas pierreux, adossement de la plante à un mur à bonne exposition...).

Effet canopée d'une frondaison d'autres sujets au-dessus d'une plante, créant un micro-climat favorable (retenue de la radiation verticale nocturne de la chaleur restituée par le sol).

Localisation de la plante au sein d'un massif végétal, d'un bosquet ou d'une haie lui ayant fait bénéficier de la protection des végétaux accolés.

 

INFORMATIONS OPTIMALES

Diamètre du tronc unique, ou, dans le cas d'une touffe, diamètre le plus fréquent des rejets constitutifs de la touffe.

Conditions générales de la période de froid : nombre de jours consécutifs de températures négatives ; niveau de froid le plus fréquent pendant cette période ; niveau de remontée des températures diurnes au cours de la période...

Occurrence éventuelle de facteurs accentuant les effets du gel pendant la période d'observation : vents violents ; eau stagnante par suite de la densité des précipitations pluviales ; inondations temporaires ; profondeur de la couche de sol gelé...

Occurrence éventuelle de facteurs atténuant les effets du gel pendant la période d'observation. Par exemple, si présence de neige, l'épaisseur du manteau neigeux et la couverture partielle ou totale de la plante par celui-ci (qui joue un rôle protecteur contre le froid). 

Détails sur le rétablissement de la plante en cas de dégâts sur la partie aérienne : époque, durée du rétablissement, présence ou absence de floraison ou de fructification dans les mois suivant les dégâts...

Détails sur la reprise d'une plante ayant été rabattue au sol mais ayant survécu : époque de reprise, vigueur de repousse, différences de vigueur de repousse si plusieurs cultivars de la même espèce sont englobés dans l'observation...
 

Les informations indiquées ne sont qu'un idéal vers lequel il convient de tendre, sachant que l'on ne fournira que les données que l'on a pu recueillir...

Dans la pratique, aucune observation de rusticité n'est communiquée de façon complète.

Mais, rédiger de façon rigoureuse et la plus complète possible une observation de rusticité, c'est élaborer pour soi et transmettre aux autres un élément d'appréciation souvent déterminant pour lancer ou réussir l'acclimatation d'un fruitier rare.


 

Retour début article Début article   Retour répertoire des articles Répertoire articles