Les fruitiers rares
 
Articles généraux      Espèces      Groupes      Pépinières      Non-French items

 


Accueil > Groupes > Palmiers acclimatables > Confusions d'étiquetage entre gros sujets de Butia capitata et Butia yatay

 

Article publié en 2009
Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET
Tous droits réservés

 

 

Confusions d'étiquetage
entre gros sujets de
Butia capitata et Butia yatay

 

 

 

Note de 2016 : la dénomination de l'espèce Butia capitata (Mart.) Becc. a changé. Elle est devenue Butia odorata (Barb. Rodr.) Noblick en 2011. Le présent article ayant été publié 2 ans avant le changement de dénomination, je ne l'ai pas modifié. J'ai par ailleurs publié en 2016 un article qui fournit des précisions et commentaires au sujet du changement de dénomination de l'espèce.

 

Depuis quelques années des importations massives de gros sujets de Butia yatay en provenance d'Argentine et d'Uruguay pour décorer les villes du littoral méditerranéen donnent lieu, dans certaines pépinières ou jardineries, à des erreurs d'étiquetage qui ne sont pas sans conséquence.

Ainsi, il m'est arrivé de voir étiqueté "Butia capitata" un gros sujet en container dont le prix était très élevé, alors qu'il s'agissait d'un Butia yatay.

Quelle importance ?

Tout d'abord, si les deux espèces ont un aspect décoratif équivalent, à complet développement la taille de Butia yatay (Mart.) Becc. est beaucoup plus élevée que celle de Butia capitata (Mart.) Becc. Le rendu en paysagisme est donc différent.

Mais surtout, c'est  la qualité du fruit qui rend la confusion désastreuse.

Le fruit de Butia capitata est de saveur plus ou moins acidulée, mais jamais désagréable, celui de Butia yatay, bien que ni acide ni astringent, revêt une saveur franchement désagréable qui ôte immédiatement l'envie d'en consommer un second.

De plus le rapport pulpe/noyau est de moitié plus favorable pour les fruits de Butia capitata. Enfin la pulpe du fruit de Butia yatay est beaucoup plus fibreuse que celle de Butia capitata.

Alors imaginez la mauvaise surprise de la personne qui débourse une somme importante  pour un gros sujet de Butia capitata afin de posséder un palmier à fruits agréables immédiatement en âge de fructification régulière et abondante et qui s'aperçoit, une fois celui-ci planté, que les fruits produits sont immangeables, bien que comestibles...

Comment faire pour éviter d'être victime de ce type d'erreur ?

La réponse est simple : pour les gros sujets, n'achetez que des plants qui portent des fruits et vérifiez que ceux-ci sont bien du type Butia capitata et non du type Butia yatay. 

C'est ce qui m'a permis de détecter immédiatement l'erreur d'étiquetage sur le gros sujet mentionné en début d'article.

A son stade de développement, il était pourtant impossible de distinguer les deux espèces selon la morphologie de la plante. Mais nous étions au coeur de l'automne, en pleine période de fructification...

Pour pouvoir observer les fruits, même s'ils ne sont pas encore mûrs dans certains cas, l'achat doit s'effectuer en effet courant septembre ou octobre (France métropolitaine).

Voici la forme la plus courante du fruit de Butia capitata.

Butia capitata : fruit typique de l'espèce

Butia capitata : fruit typique de l'espèce

Il existe des fruits différents attribués à Butia capitata et dont le goût est identique à celui du fruit typique de l'espèce (voir article).

Toutefois, si l'on veut être certain de se trouver en présence de Butia capitata, mieux vaut s'en tenir à ce fruit typique.

On pourra accepter, tout au plus, un fruit de forme plus ovoïde, tel que présenté à gauche sur la photographie ci-dessous.

Signalons en outre que l'on peut rencontrer, de façon exceptionnelle, la très rare variété dénommée Butia capitata var. pulposa, qui produit un fruit géant (spécimen présenté à droite sur la photographie ci-dessous).

C'est alors vraiment de la chance due au hasard du semis... En effet, cette variété n'est pas sciemment multipliée par les pépiniéristes (la multiplication par voie végétative, qui serait obligatoire pour conserver la variété, n'est pas pratiquée...).

Butia capitata : deux formes proches du fruit typique de l'espèce

Butia capitata : deux formes proches du fruit typique de l'espèce

La pulpe du fruit de Butia capitata est fibreuse, mais sans excès.

Butia capitata : pulpe du fruit

Butia capitata : pulpe du fruit

Qu'en est-il du fruit du Butia Yatay ? Nous allons observer successivement le fruit non mûr, le fruit en cours de maturation et le fruit mûr.

Vous êtes en présence d'un Butia yatay si vous observez des fruits non mûrs de l'aspect suivant.

Butia yatay : fruit non mûr

Butia yatay : fruit non mûr

Les fruits en cours de maturation du Butia yatay sont très durs et se présentent comme suit.

Butia yatay : fruits en cours de maturation

 Butia yatay  : fruits en cours de maturation 
(Celui de droite, plus renflé, est à un stade plus avancé que celui du haut ; noter la grosseur du noyau lavé et débarrassé de ses fibres)

Les fruits mûrs de Butia yatay ont une couleur orangée uniforme, sont mous et conservent une pointe assez longue à l'opposé de la partie plate.

Butia yatay : fruits mûrs

Butia yatay : fruits mûrs
(A surmaturité les fruits se fripent ; noter la persistance d'une pointe à l'opposé de la partie plate)

Les trois photographies ci-dessous permettent d'observer de plus près le fruit mûr de Butia yatay et son noyau.

Butia yatay : fruit mûr

Butia yatay : fruit mûr 
(Noter la forme de la base du noyau, ainsi que la grosseur de celui-ci)

 

Butia yatay : fruit mûr et noyau

 Butia yatay : fruit mûr 
(Noter la pointe aigüe et courbée du fruit ainsi que le caractère fibreux du noyau)

 

Butia yatay : fruits à maturité

Butia yatay : fruits à maturité 
(Noter la grosseur du noyau au sein du fruit et le caractère très fibreux du noyau et de la pulpe)

La couleur du fruit de Butia yatay est identique à celle du fruit de Butia capitata, mais la différence de forme entre les deux fruits est très marquée et la confusion n'est plus possible une fois l'exercice de comparaison effectué... 

 

 

Retour début article Début article   Retour répertoire articles Pistachier Palmiers acclimatables